#parteneriatcultural  Interviu EuropaNova

Proiectul  "Parcours d'artistes" demarat de EuropaNova Bruxelles​ si Mirela Nita Sandu este sprijinit si incurajat de Asociatia RomBel - Români în Belgia​ care se implica in a-i aduce o vizibilitatea cat mai mare in comunitatea romanilor din Belgia si nu numai. Al treilea interviu ne-o dezvaluie pe pictorita Cezara Kolesnic, nascuta in Republica Moldova unde si-a inceput studiile de arta, pe care le-a aprofundat ulterior in Franta la Sorbona. In prezent traieste la Bruxelles unde detine un studio de arta, unde organizeaza inclusiv cursuri pentru copii. 

« Pour moi la peinture est une musique colorée, toujours la même et chaque fois différente. Si je pouvais choisir, je vivrais dans la sale ovale du Musée de l’Orangerie, entourée des « Nymphéas ». C’est une œuvre hors du commun, il n’y a pas de ligne d’horizon, c’est un voyage visuel infini.

  • Quel a été le plus grand défi de ta vie d’artiste ?

    De me voir en tant que telle. J’ai l’impression que je suis comme tout le monde : je continue de créer même quand personne, a priori, « n’a besoin de ça ». Il y a « une nécessité intérieure », comme le disaient très bien Kandinsky et Simone Hantaï. Rencontrer des gens et leur apporter une joie de vivre par mon travail, c’est la clé du bonheur. On a tous besoin les uns des autres. Mon défi, c’est de trouver l’équilibre dans la relation entre mon monde intérieur et celui de l’extérieur.

  •  Quels sont tes sujets ou thèmes de cœur et comment tes peintures ont-t-elles évoluées au fil des années ?

    Au fil des ans,  j’ai créé plusieurs séries de tableaux comme le : « Rêve avec le dragon », « L’arbre de la vie », « Les jardins enchantés » ou les portraits d’enfants « Ode à l’enfance ». Chaque série est porteuse d’une histoire :

    • le dragon est une métamorphose du « manque de Chagall », de son cheval rouge qui se transforme en dragon endormi qui m’a été inspirée suite à ma visite à Sighişoara.
    •  « L’arbre de la vie » a été, au tout début, un oranger, l’arbre qui m’a fascinée lors de ma première visite en Géorgie en tant qu’enfant. J’ai trouvé cet arbre incroyable. Il est devenu l’arbre des états d’âme. Chaque arbre porte une couleur symbolique : « L’arbre de l’attente » est bleu, « L’arbre de l’amour » est jaune, etc.  

    Chaque série évolue dans le temps. Que cela soit pour la composition ou pour les couleurs, je reviens les revisiter avec un autre regard. J’imagine pouvoir un jour exposer sur un thème unique pour voir comment la série a changé dans le temps.

    Les dernières années je me suis plutôt intéressée aux pigments et à la peinture abstraite, comme dans les séries : « Deep Blue » ou les paysages abstraits. Dans l’expression abstraite je trouve une certaine liberté, une incertitude palpitante qui me sort des sentiers battus.

  • Une pensée pour tes élèves-artistes?

    J’aime leur dire souvent : « une erreur en peinture peut être très belle ! » 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                 Pentru a citi interviul integral faceti clic aici: Interviu EuropaNova

https://www.youtube.com/watch?v=Sgd4zjXrs5c